Rishad Lasker

Cuisine bengali
Lyon

ACTUELLEMENT  •  Cuisinier au Johnny’s kitchen à Lyon

SPÉCIALITÉ  •  Curry de boeuf Buhna , plat de fête au Bengladesh. Même si Rishad préfère la cuisine fusion.

Portrait

Rishad et moi nous retrouvons quelques jours après le Refugee Food Festival. Après quelques hésitations, nous décidons de braver le vent pour nous installer en terrasse, pas très loin de l’opéra. La pluie vient rapidement se joindre à la fête. Mais peu importe, le parasol nous abrite et notre conversation nous a déjà emmenés bien loin de cette terrasse de café. Nous sommes au Bangladesh, un pays où justement la pluie est considérée comme une véritable bénédiction.  Puis nous partons pour l’Amérique du Sud, le Japon, l’Inde, et la France biensûr…

Rishad est un citoyen du monde, avide de liberté, de voyages et de rencontres. A ses yeux, la cuisine c’est un peu comme une baguette magique qui permet de rapprocher les gens et de mélanger les cultures. Voici donc l’histoire de Rishad le magicien.

 

LES ORIGINES

Rishad vient de Dhaka, la capitale du Bangladesh. Pendant son enfance, il n’approchait guère des fourneaux. La cuisine, c’était l’antre de sa mère. Mais il conserve des souvenirs émus et nostalgiques de tous les plats typiques du Bangladesh, notamment ceux qu’il mangeait pendant ses séjours chez ses grands-parents dans un village non loin de Dhaka. Après des études en management, Rishad a connu les « joies » de la vie d’un jeune cadre dynamique dans la, ville la plus embouteillée au monde: plus de 2 heures de trajet pour aller travailler, stress, manque de sens… Après 2 ans et demi, Rishad quitte tout pour créer son propre business : ce sera un restaurant. Il y officie en tant que manager, mais voir les chefs œuvrer en cuisine le captive de plus en plus. Et il finit par ressentir une véritable vocation. A son arrivée en France il y a 2 ans, c’est donc tout naturellement qu’il se lance dans un CAP cuisine.

 

LA CUISINE

A son arrivée en France, Rishad a du mal à savoir quoi manger, perdu devant des produits et des aliments qu’il ne connaît pas et ne sait pas comment préparer. Depuis, il a décroché son diplôme de cuisinier, un défi relevé haut la main pour celui qui ne parlait pas un mot de français au début de son cursus. Ce qu’il préfère ? La cuisine fusion : une base française avec une touche asiatique. Rishad aime la France, un pays où il peut être « tout ce qu’il veut ». Mais « le monde est à moi » ajoute-t-il ensuite. Et il compte bien en profiter pour voyager et découvrir autant de différentes gastronomies que possible: Argentine, Chili…  Son rêve absolu serait d’aller travailler au Japon avec un maître Sushi, pour en apprendre un peu plus sur cette cuisine si délicate et artistique.

 

AUJOURD’HUI

Rishad ne compte pas perdre un jour pour travailler : il a commencé son premier contrat le lendemain de son CAP! En septembre 2017, il a rejoint les cuisines de La Bonâme de Bruno, un restaurant qui mêle justement gastronomie française et asiatique. Ce fut une très belle expérience. Depuis il travaille au Johnny’s Kitchen, dans le quartier Saint George à Lyon ! Une nouvelle étape dans la carrière de ce « cuisinier du monde ». Ce qui est sûr, c’est que la cuisine pour Rishad ce n’est pas être enfermé entre 4 murs, c’est partager, faire des rencontres et se connecter avec les gens et leurs histoires.