Hayat ZOULAL

Cuisine éthiopienne
Paris

AUJOURD’HUI  •  Travaille comme cuisinière à l’Oratoire des Grands Voisins

SPÉCIALITÉ  • Injera, galettes de teff traditionnelles servie avec différents currys

Portrait

LES ORIGINES

Hayat m’accueille un grand sourire aux lèvres et, très fièrement, me montre où elle travaille en ce moment, parmi les cuisiniers des Grands Voisins. J’apprends rapidement que la cuisine est une belle histoire de famille. Hayat a tout appris de sa grande sœur, à qui leur mère avait auparavant transmis tous ses secrets. Elle a ainsi grandi entourée des odeurs et saveurs qui s’échappaient du restaurant-buffet tenu par sa mère à Nazreth, où Hayat est née. Ses racines culinaires ne s’arrêtent pas là. Hayat se souvient également des moments de son enfance passés avec son oncle qui dirigeait un fameux restaurant de grillades en Ethiopie. Hayat a la cuisine dans le sang ! Arrivée en 2015 en France, elle y a appris le français qu’elle maitrise parfaitement. Elle travaille depuis un an dans les cuisines des Grands Voisins où elle nous fait partager sa cuisine du pays et ses nouvelles découvertes culinaires.

SPÉCIALITÉS

En France, Hayat aime proposer le plat traditionnel Ethiopien en version végétarienne : l’Injera, une galette géante généralement faite à partir de farine de teff sur laquelle sont disposées différentes préparations. Dans sa version végétarienne, Hayat prépare des lentilles corail, des pois cassés, des épinards, des haricots verts et carottes, qu’elle accompagne d’une sauce typique légèrement pimenté et citronnée, l’Azifa.

Un jour, elle pourra proposer les différentes versions carnivores qui accompagnent l’Injera, qu’elle maitrise parfaitement mais n’ose pas encore tester avec le public français…

Elle adore également faire découvrir la traditionnelle cérémonie du café, un moment très important d’accueil et de partage en Ethiopie. Hayat y montre comment elle torréfie les grains, les moud puis prépare le café dans une cafetière Jebena avant de le servir avec des pop-corn, comme dans son pays d’origine.

AUJOURD’HUI ET DEMAIN

Depuis son arrivée en France, elle a dû s’habituer à cuisiner totalement différemment, le matériel n’est pas le même, les plaques de cuissons ne chauffent pas pareil et elle regrette aussi tous les produits « frais, bons et naturels » qu’elle peine à trouver ici… Surtout, la farine de teff, indispensable pour réaliser la fameuse galette d’Injera n’a pas son équivalent, avec du blé ou du sarrasin elle ne retrouve pas ce gout acidulé si typique. Mais Hayat s’adapte et promeut avec brio et respect la cuisine éthiopienne ! À la fois, lorsque ses plats apparaissent à la carte des Grands Voisins ou encore quand elle y anime un dimanche par mois un stand. Elle y vend des spécialités éthiopiennes comme les samossas ou nems végétariens et surtout nous partage le rituel de la fameuse cérémonie du café éthiopien

Son rêve serait de pouvoir ouvrir son propre restaurant en France. Elle y servira une cuisine fusion franco-éthiopienne célébrant le meilleur de ces années passées entre son pays d’origine et son pays d’adoption !